A la mémoire des Girondins…

Le monument aux Girondins est situé sur la place des Quinconces à Bordeaux. Il a été élevé entre 1894 et 1902 à la mémoire des députés Girondins victimes de la Terreur, et célèbre laRépublique. Il est communément appelé, par les Bordelais, « colonne des Girondins », ou « monument des Girondins ». Il est classé au titre des monuments historiques le 16 mars 2011, après y avoir déjà été inscrit le 8 juillet 2004. Ce classement fut approuvé par le Conseil municipal de la ville de Bordeaux le 25 octobre 2010.

Dès 1868, l’architecte Julien Guadet, petit-neveu du député girondin Élie Guadet, établit un projet de monument à la mémoire des Girondins pour la place Dauphine – actuelle place Gambetta –, à Bordeaux. C’est sur cette place que les dernières exécutions de députés girondins, dont Élie Guadet, et de ceux et celles qui les ont aidés, ont eu lieu en 1794. Exposé au Salon de Paris en 1870, le projet ne sera pas réalisé.

En 1881, le conseil municipal de la ville de Bordeaux prend la décision d’ériger un monument à la mémoire des députés du groupe des Girondins.

Le 29 mars 1887, le centre des allées de Tourny est choisi comme emplacement d’un monument surmonté d’une statue de la République et, le 10 juin suivant, par arrêté, un concours est ouvert à tous les artistes français pour proposer un projet. Au second tour, le premier prix est attribué en 1888 à Labatut, statuaire, et Esquié, architecte, pour leur projet intitulé Alta fa qui pot (« Ainsi fait qui peut » en occitan).

Le projet de Labatut et Esquié ne sera pas réalisé, et c’est celui intitulé Gloria victis (« Gloire aux vaincus », en latin), présenté par le statuaire Achille Dumilâtre et l’architecte Deverin, arrivé deuxième au concours, qui sera retenu après avoir été revu par Dumilâtre et l’architecte Victor Rich.

Cependant, dans le même temps, un autre projet était en cours pour orner la place des Quinconces d’une fontaine monumentale commandée à Bartholdi. La fontaine de Bartholdi est réalisée en 1888, mais le conseil municipal de la ville de Bordeaux juge son prix trop élevé, et c’est la ville de Lyon qui en fait l’acquisition pour l’ériger sur la place des Terreaux.

Suite à l’échec des négociations avec Bartholdi, la ville de Bordeaux prend la décision de regrouper les deux projets – celui du monument aux Girondins, et celui de la fontaine – en n’en formant plus qu’un, celui d’un monument-fontaine qui sera érigé sur la place des Quinconces. Le projet de Dumilâtre et Rich est ainsi repris en lui adjoignant deux bassins.

L’emplacement du monument est choisi sur la place des Quinconces, à l’intersection de son axe longitudinal et du prolongement du cours du XXX juillet.

Le 14 novembre 1893, les fonds sont votés par le conseil municipal et les travaux débutent en 1894 par l’érection d’un échafaudage en bois de 54 m de hauteur. Ils se termineront en 1902. Toutefois, le projet ne sera pas complètement réalisé : bien que dédié aux Girondins, les deux groupes de statues représentant huit des principaux députés ne seront jamais réalisés et leurs emplacements sur le socle de la colonne, en arrière de chacune des deux fontaines, demeurent toujours inoccupés.

monuments aux girondins monument girondin  les girondins  les girondins  les girondins  les girondins  les girondins  les girondins les girondins  les girondins  les girondins les girondins  les girondins  les girondins  les girondins  les girondins

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.3/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
A la mémoire des Girondins..., 9.3 out of 10 based on 3 ratings

Laisser un commentaire