Fronton du Capitole de Toulouse

Le capitole est construit en pierre calcaire et en briques qui furent longtemps cachées par de la peinture blanche suivant les plans de Guillaume Cammas. Le bâtiment est constitué de deux étages, de trois avant-corps couronnés de frontons et d’unentablement supportant un attique. La façade est percée de quarante-et-une fenêtres ornées de balcons en fer forgé. Chaque balcon est décoré d’écussons : deux (les sixième et seizième balcons) possèdent les écussons colorés des armes de la ville, les autres représentent les armes des capitouls en exercice à l’époque de construction. Ces blasons ont été forgés par Bernard Ortet. Mais en 1760, lors de la pose des écussons, les capitouls n’étaient plus les mêmes et refusèrent de poser les armes de leurs prédécesseurs. Les blasons furent placés dans les combles du Capitole et remplacés par ceux des capitouls en place. Pendant plusieurs années, à chaque changement des capitouls, les blasons connaissaient le même sort jusqu’en 1770. En 1793, les révolutionnaires arrachèrent les blasons en place mais oublièrent ceux cachés dans les combles. On les a retrouvés en 1827 pour les remettre en place sur les balcons. En 1988, ils sont remplacés par des copies à cause de leur état de dégradation.

Outre les colonnes, l’édifice est percé d’un porche surmonté d’un fronton triangulaire. Il a été modifié au gré des régimes en place dans le pays. Il porte aujourd’hui et depuis 1871, le sceau de la République française, « R.F. » sur fond or. Mais au début, il portait l’effigie de Louis XV, puis celle de la déesse de la Liberté, l’effigie de Napoléon Ier, puis celle de Louis XVIII en marbre, puis la devise « Liberté ordre public ».

Le fronton est surmonté de plusieurs statues qui sont des copies des œuvres du sculpteur Louis Parant. Elles représentent au centre une allégorie de la Justice et de la Force avec deux anges soutenant un écusson. Au-dessus de la mairie à gauche, se trouve une représentation de Clémence Isaure et de Pallas, tandis qu’à droite au-dessus du théâtre se trouve une représentation de la Tragédie et de la Comédie. Les sculptures originelles ont été remplacées en 1988 et mises à l’abri.

Enfin, une plaque de marbre portant les inscriptions « Capitolium » sous le fronton date de 1759 et a remplacé l’ancienne inscription « Capitolium Tolosanum ».

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Fronton du Capitole de Toulouse, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire