La Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne, suite…

La cathédrale Sainte-Marie est placée au sommet de la butte qui domine l’Adour et la Nive au cœur de la vieille ville de Bayonne. Classée Monument historique dès 1862, la cathédrale est inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité en 1998 dans le cadre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle de la côte.

L’édifice actuel s’élève sur l’emplacement de l’ancienne cathédrale romane. Les parties les plus anciennes, l’abside et le déambulatoire, ont été construites au XIIIe siècle et sont marquées par l’influence du gothique champenois.

Les travaux se sont poursuivis aux XIVe et XVe siècle avec la construction du transept, de la nef centrale avec sept travées, des bas-côtés ; pour l’essentiel la cathédrale de Bayonne appartient au style gothique rayonnant.

Sur les clés de voûte armoriées et peintes s’inscrit l’histoire médiévale de la cité : ici les armes de France (lys d’or) et d’Angleterre (léopards), là une représentation de la célèbre nef bayonnaise : avec ses agrès, ses mâts, son château et son équipage, elle symbolise la puissance navale de la ville.

Le premier orgue de la cathédrale, installé dans la cathédrale en 1488 par Dominique Castelbon, réparé par Amadis vers 1580-1590 se trouvait au-dessus des deux portes de la sacristie. Monseigneur de Beauvau fit construire une arche au dessus de la porte Ouest pour recevoir un nouveau buffet dans lequel sera intégré une partie de l’instrument précédent en 1705. En 1725,François Lépine restaure l’orgue et le dote du positif de dos actuel. Mauroumec y travaille en 1774. En 1793, la cathédrale de Bayonne devient magasin à fourrage et l’orgue se délabre peu à peu. En 1803, le facteur Bordis de Pau restaure l’orgue abîmé lors des troubles de la Révolution.En 1865, Merklin et Schültze émules de Cavaillé-Coll reconstruisent entièrement l’instrument au goût du jour : de classique, il devient romantique. Le grand orgue est restauré et peut convenablement faire son office. La même maison relève l’instrument en 1891. En 1935-37, Victor Gonzalezreconstruit l’orgue dans l’esprit néoclassique. En 1979, la maison Danion-Gonzalez relève et augmente le nombre de jeux. En 1936, avec le retour aux maîtres anciens qui nécessite la réintégration dans la palette sonore des jeux propres et indispensables à l’exécution de leurs œuvres, André Marchal et Norbert Dufourcq élaborent un plan de refonte du grand orgue. Cette restauration effectuée par Victor Gonzalez a également rétabli le positif et remplacé l’ancienne console en fenêtre par une console indépendante faisant face à l’autel. Composition: Buffet en châtaignier et sapin composé de 2 corps : positif de dos à 3 tourelles et 2 plates-faces en V, grand-orgue à 5 tourelles et 4 plates-faces d’égale hauteur. Le tout richement décoré de guirlandes de laurier, trophés, pots-à-feu, culots. 3 claviers de 56 notes et un pédalier de 32 notes. Traction des notes mécanique avec machine Barker, tirage des jeux électrique.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
La Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne, suite..., 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire