Vierge Noire de la Daurade, source Ravary et Chapelle des Carmélites

Une des particularités de la basilique de la Daurade est d’abriter une vierge noire. La statue présentée aujourd’hui est pourtant la deuxième copie d’une vierge brune, connue au xe siècle. Le culte de la Vierge Noire est particulièrement dédié aux femmes enceintes. L’original fut tout d’abord volé au xive siècle et reproduit à l’identique.

La ferveur des fidèles fut telle que les armées de chandelles transformèrent la couleur de la seconde vierge exposée. Ainsi, dès le xvie siècle, Notre-Dame la Brune fut connue sous le nom de Notre-Dame La Noire. Cette statue a, dit-on, de nombreux miracles à son actif. En particulier, elle aurait sauvé le quartier Saint-Michel d’un incendie en 1672.

La statue fut brûlée à la révolution, en 1799, sur la Place du Capitole. En 1807, une nouvelle statue fut sculptée d’après les souvenirs que l’on avait de l’ancienne vierge brûlée.

La statue actuelle mesure environ 2 mètres de hauteur. Afin de renouveler sa garde robe usée, les paroissiens de la basilique ont lancé un appel aux plus grandes maisons de haute-couture françaises.

Sur le parvis de l’église paroissiale de Bonnefoy, consacrée à l’Immaculée Conception, coule une fontaine. L’édicule en brique est un des derniers avatars du style néogothique à Toulouse. Il a été réalisé par l’architecte Caillebat et inauguré, le 21 mai 1944, par Mgr Saliège, archevêque de Toulouse. Une plaque ronde, en marbre, est décorée de la croix du Languedoc. Elle indique le nom de la source « Ravary». C’est celui du curé fondateur de l’église. La source avait été découverte en 1863 en creusant les fondations du lieu de culte. L’eau était alors potable.

La chapelle des Carmélites, rue de Périgord, est une chapelle reste de l’ancien couvent des Carmélites de Toulouse en Haute-Garonne. Elle a été édifiée au xviie siècle et décorée auxviiie siècle. Elle contient un remarquable ensemble de peintures murales de Jean-Pierre Rivalz et de tableaux de Jean-Baptiste Despax. C’est le seul édifice du couvent qui n’ait pas été détruit durant la Révolution française.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Vierge Noire de la Daurade, source Ravary et Chapelle des Carmélites, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire